Réalisations d’après le Bréviaire de Renaud de Bar

Posted by Mathilde  septembre 08, 2007  8 Comments »


c1316-09.jpg

L’un des plus beaux manuscrits lorrains est, à mes yeux, le Bréviaire de Renaud de Bar (ou plutôt les 2 volumes du bréviaire de cet évêque de Metz). Il semble incarner pour moi l’essence même de ce qu’est un manuscrit médiéval avec son épaisse écriture gothique (une textura quadratta), ses lettres historiées, ses bouts de lignes et ses marges souvent amusantes. Aussi, depuis plusieurs années, je m’efforce de m’inspirer de cette merveille pour réaliser mes propres enluminures, selon les méthodes traditionnelles (pigments naturels, tempera, feuille d’or, parchemin de chevreau, etc…). C’est une magnifique source, qui permet une grande diversité des thèmes et je m’en sers également pour la réalisation de mes costumes.

.
.
 
Un peu d’histoire:

 

Le Bréviaire de Renaud de Bar est en fait composé de deux codices: le codex d’été est actuellement conservé à la bibliothèque municipale de Verdun (manuscrit BM 107 visible ici sur la base Enluminures) et le Bréviaire d’Hiver, conservé à la British Library ( visible ici sous la côte Yates Thompson 8). Il a été réalisé à Metz vers 1302-1303, probablement par une équipe d’enlumineurs franco-anglais, pour Renaud de Bar (mort en 1316). Ce dernier devint abbé de l’abbaye Sainte-Marie-Madeleine de Verdun en 1302 et évêque de Metz en 1303. Selon certaines hypothèses, le commanditaire du manuscrit serait la soeur de Renaud, abbesse bénédictine verdunoise. Mais selon d’autres, le manuscrit aurait été commandité par la mère de Renaud, Jeanne de Toucy (dont les armes sont présentes à de nombreuses reprises au fil des folios). Le volume conservé à Verdun est inachevé: de nombreux dessins sont seulement exécutés à la mine de plomb, ce qui permet de voir les diverses étapes de réalisation. Cet état d’inachèvement  résulte peut être de l’élection de Renaud de Bar en tant qu’évêque de Metz: en effet le Bréviaire avait été réalisé  à l’usage de Verdun et il ne l’a sans doute pas réutilisé dans la cité messine. Quoiqu’il en soit, ces codices montrent la richesse culturelle qui régnait à Metz à l’extrême fin du XIIIe siècle, la haute technicité dont étaient capables les copistes et enlumineurs de cette ville ainsi que l’influence d’un maître anglais dans la peinture.

Mes réalisations:

De mon côté, étant messine et reconstituant la fin du XIIIe siècle, je me suis inspiré du Bréviaire à plusieurs reprises, surtout de sa partie d’été. Alors voici tout d’abord un Ave Maria dont l’enluminure est issue du Psautier de Renaud de Bar:

irht082803pdu0.jpg

A l’origine, comme vous pouvez le constater, cette lettrine historiée  n’accompagnait pas ce verset de saint Luc mais j’ai pris cette liberté, puisque la scène représentée (une Annonciation) correspond avec ce passage des Evangiles. J’ai quelque peu simplifié le dessin et modifié quelques couleurs. Cette enluminure a été faite sur parchemin de veau, la voici (la photo est un peu pâle) :

AveMaria.jpg

Ensuite j’ai réalisé un détail d’un décor marginal. Cette scène représente des chiens assiégeant une ville défendue par des lapins. J’ai trouvé ce thème drôle et frais et l’ai donc reproduit sur un petit morceau de chevreau, en apportant un soin particulier aux pelages des animaux.

chiensetlapins.jpg

Mais quelques temps plus tard, quelle ne fut pas ma stupéfaction en découvrant la connotation de cette scène dans le magnifique ouvrage « Le Moyen-Age en lumière ». Voici ce qui est dit au sujet de cette scène: A partir de la fin du XIIIe siècle, dans le décor des marges, le thème de la chasse et celui du siège d’un château constituent fréquemment une allusion à la conquête amoureuse. Hommes et femmes y sont remplacés par des animaux : oiseaux de proie et gibier à plumes, ou bien, comme ici, chiens et lièvres ou lapins. Dans la symbolique médiévale, le lièvre (qui passe parfois pour hermaphrodite) a une forte connotation sexuelle et le « connin » (lapin) évoque directement le sexe de la femme. J’étais loin de me douter de tout cela lors de la réalisation !!!

En tout cas, la multitude d’enluminures que proposent ces manuscrits est stupéfiante et m’inspire encore beaucoup, j’ai déjà quelques projets en tête, qui se concrétiseront avec le temps… D’ici-là n’hésitez pas à aller dans mon album photo intitulé « Réalisations » pour les voir en meilleure définition et SURTOUT allez voir les originaux sur les bases de données :

Pour le Bréviaire d’été : la Base Enluminures (aller dans Verdun, manuscrit 107)

Pour le Bréviaire d’hiver :base de la British Library.

Blogroll