Du nouveau dans la garde-robe : une robe en laine à chevrons

2008 18c

Maintenant que je l’ai étrennée durant toute une saison, j’ai décidé de vous parler de ma nouvelle robe en laine. Tout a commencé par un véritable coup de coeur pour ce coupon en tissage twill qui forme des chevrons de différentes nuances de couleur. En consultant l’ouvrage Textiles and Clothing, je me suis vite rendu compte que ce type de tissage était courant à la fin du XIIIe siècle. Je me suis donc lancé dans la confection de cette robe, contente de mettre fin à l’hégémonie des tissus unis de ma garde-robe médiévale!

2008 18c-copie-1

Ensuite, j’ai recherché des sources me permettant de cerner la silhouette d’une robe de riche artisane dans la première décennie du XIVe siècle à Metz, où les influences françaises et germaniques se mêlaient dans le costume. Pour ce faire, je me suis tout d’abord inspiré de la statuaire des portails de la cathédrale de Strasbourg (1280 — 1290), d’un manuscrit français de La Somme le roi où l’on distingue le boutonnage au col et aux poignets, du Codex Manesse et du gisant d’Irmgard von Berg (exécuté vers 1308 – 1309).

2008 18-copie-2

Pour le choix de la coupe de ce vêtement, je suis resté sur un patron basique mais j’ai néanmoins réduit l’ampleur du buste et ajouté des boutons à l’encolure ainsi  qu’aux manches, ce qui donne une robe plus typée extrême fin du XIIIe siècle — première décennie du XIVe siècle. De même, les manches sont très resserrées aux poignets, ce qui colle davantage à la silhouette féminine aux alentours de 1300. Pour le boutonnage, j’ai choisi des boutons de bronze et le col est orné d’une broderie aux fils de soie représentant des rinceaux de fleurs. Quant aux manches, une simple broderie (en point avant) vient rappeler les couleurs de celles présentes sur le col.

2008 182

Au final, je suis plutôt satisfaite du rendu de cette robe, qui est ma première robe en laine. Elle est certes perfectible mais j’aime particulièrement de tombé et les plis de ce tissu souple et lourd, ainsi que les jeux de couleurs venant du tissage en chevrons jaunes et bordeaux. Une ceinture de soie réalisée au tissage aux cartes viendra s’ajouter un peu plus tard à l’ensemble…

8 réponses à “Du nouveau dans la garde-robe : une robe en laine à chevrons”

  1. Bonjour Mathilde.

    Superbe votre robe.

    Ne « travaillant » jamais l’histoire dans votre région, je découvre des choses passionnantes sur votre site et les liens annexes.

    Par contre, l’orthographe d’un mot m’a interpellé. Donc, je me pose une question. Dans le sud de la France, en vieux français (Xème siècle), le mot gambison n’existe pas. On trouve gambais –
    gambaison – gamboison – gambeson – gambé. La mot gambie désigne une jambe, d’où le verbe gambiller. Et on dit d’un homme gambesié qu’il porte un gambeson. D’où ma question : est-ce une faute de
    frappe ou le mot utilisé dans votre région ? Je vous avouerai que je suis intéressé, car il m’arrive de trouver parfois le « i » remplaçant un « a » ou un « e ». Sachant comment on prononçait ces
    voyelles en ces temps lointains,je trouve cela illogique.

    A bientôt et encore bravo.
    Amicalement,
    Guyrault

  2. Pour vous avoir vu en vrai tous les deux, je confirme le tombé impeccable de votre robe ma chère et que vous avez fière allure tous deux.

    Audeline

  3. Bonjour Mathilde.

    Quelle réponse extraordinaire ! Je n’en attendais pas tant.

    Depuis mon commentaire du 7 novembre, j’ai trouvé une indication intéressante que je tiens à vérifier. Si elle s’avère exacte, cela imposera un article sur mon blog, ce dont je ne manquerai pas de
    vous prévenir.

    A bientôt

  4. Bonjour Mathilde.

    J’en reviens à cette différence d’orthographe pour « gambison » ou « gambeson » ou « gambaison » ou « gamboison » ou encore « guambaizo » .

    Je savais que cet ensemble d’appellations avait des origines celtes mais également arabes. Alors, je me suis offert un voyage linguistique médiéval assez particulier …
    Mon périple m’a emmené en Pologne, en Angleterre, en Turquie ancienne, en Ibérie Occidentale (Portugal) et tout naturellement dans notre douce et belle France.

    Hormis les traductions qui furent assez compliquées, la finalité est intéressante. Il ne me reste plus qu’à mettre un peu d’ordre dans tous ce fatras d’informations et de finaliser un article
    illustré qui paraîtra sur mon blog.

    A bientôt. Amicalement, Guyrault.

  5. Guyrault dit :

    if tel eftë desirata gente Mathilde …

  6. Larenz dit :

    Bonjour Mathilde,

    très beau travail, mais ou avez vous trouvez le « patron » et le tissu pour le gambison ?

  7. Larenz dit :

    et de façon général, ou trouver du tissu en lin en moselle ?

  8. larenz dit :

    merci du tuyau, j’vais faire les marché maintenant !

Blogroll