Journée médiévale aux musées de la Cour d’or

Posted by Mathilde  juillet 04, 2009  5 Comments »

Investissant pour la deuxième année la cour médiévale des musées de la Cour d’Or de Metz dand le cadre de la « Semaine médiévale » organisée dans ces lieux,nous avons fait revivre cet espace, à l’image d’une ruelle animée où l’on pouvait croiser de nombreux artisans et habitants. C’est donc en compagnie de mon cher et tendre Goscelin, ainsi que de notre nouvelle apprentie Mélissandre que nous avons installé notre atelier d’enlumineurs dans l’une des boutiques en pierre de Jaumont qui bordent cette cour.



Tout au long de la journée de nombreux visiteurs ont visité notre antre plutôt frais où nous expliquions les différentes étapes de la fabrication d’un manuscrit à l’époque médiévale. Non loin de là, Dame Lydie, la copiste aisait démonstration de ses talents en calligraphie, et la proximité de nos ateliers était un atout pour montrer le processus de fabrication des codices. Plus loin, d’autres artisans médiévaux animaient les abords en présentant leur savoir-faire : la bimbeloterie, les métiers du textile (le feutrage, le filage, le tissage, la broderie, etc.…), le travail du cuir, la forge et la présentation des épices tandis que la présence rassurante d’hommes d’armes permettait d’aborder la vie militaire dans la cité messine au XIVeme siècle.

Pour notre part nous avions divisé notre atelier en trois parties : Mélissandre, nouvellement arrivée au sein des enlumineurs, expliquait les supports d’écriture provisoires, comme par exemple l’exemple de la tablette de cire. De nombreux visiteurs ont pu essayer cet outil indispensable pour la production de manuscrits. A côté de la jeune apprentie, Goscelin montrait la préparation du parchemin, la fabrication de l’encre metallo-gallique  et la fabrication de divers outils. Enfin, de mon côté j’expliquais la préparation des différents liants, colles et pigments nécessaires à la fabrication de miniatures. Ce fut un réel plaisir que de s’installer dans ces murs anciens qui nous permettait de saisir l’atmosphère des ruelles artisanales médiévales dans notre belle cité et, dans l’avenir, nous ne manquerons aucune occasion de revenir nous réinstaller dans ces lieux si propices.

     

Marche des Trois vallées

Posted by Mathilde  juin 04, 2009  2 Comments »



A
fin de s’imprégner  de l’atmosphère qui pouvait régner dans un groupe de 
pèlerins en route pour Saint-Jacques de Compostelle, nous avons participé le dimanche 24 mai à une marche de 17 kilomètres dans la région des Trois vallées, à la découverte des aîtres médiévaux et des églises fortifiées de la vallée du Rupt de Mad. C’est sous une très forte chaleur que nous avons découvert champs, bois et monuments.



Cette marche était également l’occasion de tester nos costumes et notre matériel. A midi nous sommes arrivés à Bayonville où nous nous sommes restaurés et où certain(e)s se sont même baignés. L’après-midi nous avons rejoint Arnaville où la fête battait sont plein.

Une petite halte rafraîchissante sous les ombrages …

Une robe de travail

Posted by Mathilde  avril 01, 2009  9 Comments »

A la demande d’Hydromel, qui, il y a peu,  me laissait un commentaire me demandant de plus amples informations sur les vêtements de travail que j’ai réalisés pour mon séjour à Guédelon, je mets ici quelques photos et des liens concernant la robe à manches amovibles, que l’on retrouve à plusieurs reprises sur la Bible de Maciejowski. Ce manuscrit a été réalisé dans la 1ere moitié du XIIIe siècle, ce qui correspond à la période de construction du château. Après, le choix d’une robe de ce type, s’est bien vite imposé du fait des travaux que j’allais mener : teinture de laine, fabrication de tuiles, etc.… donc de nombreuses activités où mes manches ne devaient pas gêner ou se retrouver imbibées d’eau ou d’argile.


Le patron de cette robe est un simple patron en T, la différence se faisant au moment de la couture des manches, qui ne sont cousues que sur 15 cm à l’arrière. A toutes les étapes de sa fabrication je me suis référée à l’article d’Hémiole sur les robes à manches dépassées. Enfin, j’ai réalisé une seconde version de ma coiffe de travail. C’est ainsi vêtue que j’ai pu arpenter le chantier. Les manches dépassées ont été une véritable plus-value dans ce costume, donnant une vraie liberté de mouvements et permettant de ne pas salir les manches.

 

Liens:

La robe à manches dépassées d’Hémiole.

Les miniatures de la Bible de Maciejowski.

Les rigueurs de l’hiver messin…

Posted by Mathilde  février 03, 2009  2 Comments »

… où l’absolue nécéssité de s’équiper en vêtements chauds qui ne figurent pas obligatoirement dans nos sources actuelles! De son côté Goscelin ne craint pas les frimats grâce à son manteau en laine épaisse doublée de lin et à son chaperon…

Blogroll